Publié le 19 juin 2020 à 14h39 (il y a 47 jours environ) dans « Signature »
Signature du Pacte ultra-marin d’investissement dans les compétences (PUIC)
Signature de la convention PUIC.
© Source : Conseil départemental de Mayotte - DCIP

Ce jeudi 18 juin matin à 9h s'est déroulée la signature du Pacte ultra-marin d’investissement dans les compétences 2019-2022 (PUIC). Cette signature a réuni le Président du Conseil départemental, le Préfet Jean-François Colombet, la Recteur Gilles Halbout, ainsi que la 5ème vice-présidente Mariame Saïd, dans l'hémicycle Bamana.

Le contexte socio-économique difficile de Mayotte en fait un territoire particulièrement sensible à la qualité de la relation entre la formation et l’emploi, entre l’école et l’entreprise. Le Préfet ajoute que l'« État prend la mesure de l'importance du moment que l'on vit à Mayotte . »
C'est un territoire à double-vitesse dont la croissance s'assortit malheureusement d'une difficulté pour les mahorais à accéder à l'emploi. L'investissement doit désormais se faire dans les compétences
L'objectif est que de plus en plus de mahorais aient de quoi travailler et vivre à Mayotte.

64% des personnes en recherche d'emploi ne sont pas qualifiées

Ce pacte a donc pour but de lancer une nouvelle dynamique sur le territoire en matière d’orientation et de formation professionnelle, et de se rapprocher des publics les plus fragiles et les plus éloignés de l'emploi. Un contrat qui engage l’État et le Conseil départemental pour 2019-2022 à hauteur de 68,3 millions - dont 21, 3 millions d’euros pour l’État et près de 47 millions d’euros pour le Département.

Les ambitions des Pactes Ultramarins d’Investissement dans les compétences répondent à quatre objectifs majeurs :

  • Construire et déployer des parcours personnalisés de formation ;
  • Agir contre les inégalités sociales ou territoriales et assurer l’égalité d’accès à la formation ;
  • Sécuriser les parcours des actifs et les préparer à l’insertion post-formation ;
  • Impulser et accélérer la transformation du système de formation professionnelle ;

Les objectifs fixés sont mis en œuvre sous forme de projet, dont le pilotage est supervisé et coordonné par le Comité régional de l’emploi et de la formation et de l’orientation professionnelle (le CREFOP). Des projets innovants et concrets à destination des demandeurs d’emploi et pour la transformation de l’appareil de formation du territoire ont a ce jour déjà été lancés.
Les résultats récents sont explicites : en 2019, 600 entrées de plus en formation ont été observées. En 2020, ce sont 935 entrées supplémentaires de mahorais en formation qui sont comptabilisées.

Il s'agit de se mettre au niveau de la difficulté des gens, et de proposer des formations adaptées. Les partenaires sociaux ont un rôle très conséquent à jouer. Cet effort que fournit le Département avec l’État, doit aider à transformer le système de formation. « C'est un défi que nous partageons » souligne le Préfet.

Les institutions ambitionnent de permettre aux mahorais, avec des qualifications, d'accéder à un emploi durable à Mayotte, et ainsi participer au développement du territoire.